Affréter son regard - Extraits

Pouvoir

pouvoir
le tangage le roulis

laisser
la mer
achever mes phrases

tout ce qui s'enorgueillit
d'avoir
des racines

je travaille le cuivre
la sueur de la terre

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sans lever l'ancre comment 

sans lever l'ancre comment
affréter son regard

changer le mien
tenté comme un rafiot

le bol ne détient la mer
qu'au retour de la tempête

ta voix de soprano toujours
ramifie le cristal

qu'a-t-elle la coque
à rêver de copeaux

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une trompette qui écouterait

une trompette qui
écouterait

astiquer ses cuivres
tanner ses cuirs
en faire des haubans
de blanches voiles
à l'aimanté pardonner
ses coups de tête
ses coups de coeur
vogue celui qui prétend naviguer

paupières
pages doubles
du livre de bord

on y empaille
l'oiseau du cap

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tu n'es pas de la mer 

tu n'es pas de la mer
toi qui ne vis que d'écume

d'infusions de thés
sans thé

la mer
et son immense matrice
le marin
en est-il le musicien

une chambre qu'on écoute
a des silences de souk

et nos lampées d'étoiles
leur moelle
au creux des vertèbres

de l'algèbre
le jeu religieux

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour le fils 

pour le fils
le père
est toujours éclusier

au port s'attacher
la liberté
ni la mer ni sa secrète musique

le marin le vrai
écoute
son bateau

désancrer
l'horizon

en chaque voyelle
je poursuis
le sein

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Si mon remous d'un gouvernail 

si mon remous d'un gouvernail
fait la roue
pardonnez-moi

ce n'est pas en trois encablures
qu'on s'y noie

ma vérité
dans les os
démâtés de ma mère

engloutir ses yeux
lacérer ses pavois

broderie
où les oiseaux de jour
jamais ne rejoignent
ceux de la nuit

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pêcher pourquoi pêcher 

pêcher pourquoi pêcher

il
marchait sur l'eau
avait de ses yeux
démaillé les filets

on ne le suivait pas
on faisait de l'horizon
l'homme ou la femme
de sa vie


© 2022 Jean-Luc Godard
Optimisé par Webnode
Créez votre site web gratuitement !