L'âme ses noces - Extraits

De ses brumes 

De ses brumes
émerge-t-elle

j'ai toujours eu pour l'étang

un pouls de barque
le coeur du têtard

difficile de réprimer son soleil d'amadouer le tremblé
et la rosée

tendre araignée
en sa toile
écartelée 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La pesanteur 

La pesanteur
la trompait
avec elle elle rusait

louvoyer sur la mer d'un autre souffle
étreindre
un inaccessible corps

s'en griser

elle était
la musique
la diamantait

flammes
en ses lianes
à l'orée de nulle jungle

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A quel couteau de soie 

A quel couteau de soie
avait-elle la renarde
affûté son regard
sa voix
pour ainsi dénouer l'enroué du corbeau

lui insuffler la foi
qu'à user le jour
il mendie
c'est l'âme en jachère
qui chante faux 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour toute tunique 

Pour toute tunique
les papyrus de ses cils

légende
à jamais recommencée

elle avait épousé le soleil
apprivoisé
l'arc-en-ciel
son jardin c'était la peau
d'une caresse
creusait un sillon
du désir
y plantait la folie

elle tam-tamisait le souffle

indienne
jusqu'à l'archipel des ongles

j'avais mal sculpté mon corps
et l'âme en souffrait
tel un cierge

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Où parle l'âme 

Où parle l'âme
s'éternise le désir

son corps
le frangipanier ses nénuphars
leurs écoutilles
et l'or secret du collier
ses pierres vives

son cou
l'écluse est frêle
entre ciel et terre
elle rejoindra les cygnes

blanches failles de la gorge
plane
défaille le souffle
et c'est le chant l'effluve

le psaume
ne dissout pas le mystère
vertige il aiguise la vertige
sa soie

son cou
c'est ainsi
que les doigts prient

© 2022 Jean-Luc Godard
Optimisé par Webnode
Créez votre site web gratuitement !