L'âme ses noces - Critiques

Quand le temps est à l'amour, quand la femme frôle le désir, Jean-Luc Godard s'ouvre sur le poème: son poème est métaphore, son poème est désir, son poème est amour. Son poème se fond dans la femme, il en approche la "discrète timonerie". L'Ame ses Noces est une invite, sinon le prélude à l'amour...
(Gaspard HONS)

Ce recueil a obtenu le Prix de la Louve en 1990. Quelques 90 poèmes qui, venant après "Affréter son regard" et "Laisse en ciel", prouvent les qualités d'écriture et d'authenticité de la poésie de Jean-Luc Godard
(Roger FOULON).

Etonnante cette approche de l'oeuvre chez Jean-Luc Godard, un auteur qui a la manière pour faire vivre ce personnage tout à la fois proche et mythique, la femme, dont il connaît les resssorts et les mécanismes. Ses découvertes, il nous les fait partager avec une intense émotion
(Roger MONAMI).

A propos de Guy Beyns, j'écrivais récemment: une école fait son chemin dans notre littérature, celle des poèmes courts et denses. Jean-Luc Godard fait pareil avec autant de talent. J'aime "A quel couteau de soie..."
(Raymond QUINOT)

Quel beau titre pour un recueil de poèmes copieux et généreux en images, où le spirituel se marie sans cesse au charnel, où les mots s'accouplent volontiers dans le voisinage des sons et des syllabes, où tout l'univers, celui des bêtes et des plantes, communie à un même élan d'amour. Ici érotisme et exotisme s'épousent dans la jubilation: la main devient oiseau; et la prière, alouette!
(Louis SAROT)

Jean-Luc Godard nous offre une poésie empreinte de sensualité et d'érotisme, où l'image cerne la réalité du désir et la porte à sa transcendance
(Eric BROGNIET)

La poésie de Godard est paisible, et même sereine. (...) Nous ne sommes pas loin de croire reconnaître un contemplatif en Jean-Luc Godard. Puet-être est-ce dû, en même temps qu'à son calme, à l'évdente prédominance, en lui, du "visuel".
(Jacques-Gérard LINZE)

Ces poèmes ont quelque chose de somptueux, comme ces tissus, soyeux en même temps que raides, cassés aux plis: ceux des vers brefs, rupture permanente de l'envolée.
C'est sans doute ce qui me frappe le plus: des images d'éblouissement - plantes, bêtes, exotisme des lieux, profondeur foisonnante des paysages du dedans, sensualité -et le lyrisme sans cesse retenu, contenu, bridé; une coulée sans cesse interrrompue
(Claire Anne MAGNES).

Godard est un poète du corps, attentif aux dramaturgies de l'amour, aimanté par un besoin d'absolu
(Eric BROGNIET)

Vocabulaire miroitant, vers légers comme des souffles. Images inattendues, savoureuses, magiquement évocatrices, d'une sensualité délicate
(France BASTIA)



© 2022 Jean-Luc Godard
Optimisé par Webnode
Créez votre site web gratuitement !