Cris de corps mourants - Extraits

1

Livre blanc. Épuré, sans couverture. A composer. De nos tendres caractères. Et l'histoire sera vraie, ivraie. Nourrie de nos légendes, du poids de tous leurs corps. Geste de nos gestes. Après trois jours et une nuit, nous avons failli atteindre le sommet du Kilimandjaro.

2

Mais avant le livre, déjà le livre. Et en amont encore, le poème. Que je ne convoque plus assez. Vieux, les mêmes vers, les mêmes rimes farderont nos rides. Le même volume aussi. Tristement relié. Laisserais-je morte la page impaire, que tu l'opacifies de ton regard ? Comme mon visage, ce premier soir.

3

Moelle. Aux confins du velours, de la soie. Nos yeux, premiers os, eaux dernières. Ce refus de ramer. Lente dérive sous les cigales. Qui fourmillent, dans des vestiges d'oreilles. Pavillons hauts. Et la réverbération exubérante, aveuglante.

4

 A toutes les routes, à toutes les cages, avoir renoncé. Oiseleur, fou d'un seul oiseau. Se découvrir. Cette ombre de cigogne des mains qui donnent. Qui pardonnent. Ces grandes orgues d'un regard qu'on amarre. Ma campagne, d l'ivresse bleue, du vain. Mains, reins, seins. D'abord, en pèlerin.

5

Mouette, mes lèvres sur les flancs vieil ivoire de ton cou. Failles, anses. Gorges : vol plané, plus raisin, pour te rejoindre. Oiseau si blanc, qui me révèle, ma porcelaine. Unies et muettes, maintenant, dans la nuit puits, chouettes. Tes yeux viennent de me le dire aussi.

6

Être deux, ce défi à l'herbier. Rouges nénuphars, fidèles au lotus. S'arrachant aux marais pour vivre des marées. 
Androgynes. Et, pourtant, se pistillent, s'étaminent, se greffent. Sarments d'étoiles, frêles scions, de la succion, de la goulée goulue de l'âme. Veillée, d'armes, en ce palais, voûtes sans échos, dont nos sagas ne parlent pas. Ou guère. 
Chaude, farineuse, ensoleillée, châtelain, châtelaine, de la plus sismique, de la plus isthmique des châtaignes.

7

Troisième pont. Et c'est davantage l'abîme. Suspendu. Malgré sa double travée. A nos alizés. 
Mon harmattan, ta tramontane. 
Fleurs, elles en perdent les pétales. 
Toccata des piliers. Sous le jeu de puzzle de nos deux continents. Fugue féline des tenons, des mortaises. Mourir d'aise, noyé, en la mer étranglée.

8

Boucliers. Ourlés de kapok, de moût sauvage. L'étrange joute. D'éloquence muette. Réponses à deux, à six lances. Répons plus que réponses. Questions aratoires se faisant oratoires. 
Tournoiement. Tourbillonnement. 
En ce vœu d'éponge de nos coraux, en cette folle java de nos javelines, où le lézard, où la lézarde?




 

© 2022 Jean-Luc Godard
Optimisé par Webnode
Créez votre site web gratuitement !